La BD du week-end #49 : « La Mort Vivante », une histoire entre Lovecraft et Frankenstein !

La science peut-elle vaincre la mort ? Et si oui, à quel prix ? « La Mort Vivante » est une belle œuvre graphique et une terrible histoire entre Lovecraft et Frankenstein de Mary Shelley.
Il ne faut pas se fier à la couverture. Cette bande dessinée peut se lire à partir de 13-14 ans. Dans une ambiance gothique, appuyée par les magnifiques dessins d’Alberto Varanda qui nous font penser à des gravures anciennes, nous voilà plongés dans une folle ambition humaine, faire revenir à la vie un être aimé.
Inspirée d’une histoire du romancier de science-fiction des années 50 Stefan Wul, « La Mort Vivante » a été adaptée en BD par Olivier Vatine, à qui ont doit notamment la célèbre série Aquablue. Le récit commence par un drame, la mort d’une jeune fille après une mauvais chute. On comprend vite que tout cela se passe dans le futur, alors que l’ancienne Terre est devenue pratiquement inhabitable et que l’humanité s’est exilée sur une planète Mars terraformée et martiale.
Grâce aux dessins de Varanda et à une construction du récit rythmée mais compréhensible, on se laisse embarquer dans ce conte gothique et noir, entre cauchemar et réalité. Avec bien sûr l’apparition d’un monstre, création de l’homme. Une BD indispensable pour tous les fans de SF.
Une édition noir et blanc grand format de l’ouvrage est disponible afin d’apprécier dans sa pleine mesure le travail graphique de Varanda. Disponible en librairie et sur Amazon.
L’histoire de « La Mort Vivante »
Joachim, un jeune scientifique menant des recherches prohibées, est enlevé par une puissante et mystérieuse femme recluse sur l’ancienne Terre : Martha. Pour se remettre du drame qui la hante depuis des mois, celle-ci lui ordonne l’impossible : ressusciter sa fille, Lise, ayant fait une chute mortelle lors de fouilles archéologiques. Joachim, qui voit là une opportunité de continuer ses travaux en toute liberté, accepte ce rôle de père créateur. Après avoir récupéré le matériel nécessaire grâce à la fortune de Martha, il se lance alors dans cette expérience qui pourrait bien s’avérer irréversible…

Lire les premières pages ici

Collection Comix Buro – éditions Glénat
Dessins : Alberto Varanda
Scénario : Olivier Vatine
Format : 240 x 320 mm
72 pages
Façonnage : Cartonné
Prix : 15.50 €

The post La BD du week-end #49 : « La Mort Vivante », une histoire entre Lovecraft et Frankenstein ! appeared first on Geek Junior -.